Publié par

De “Dondemasques” à “COVprotection”

C’est d’abord l’histoire d’une action solidaire, la création d’un site internet permettant de récolter des dons pour financer des masques pour le personnel soignant. Nous sommes au milieu du mois de mars, en pleine crise, la pénurie de masques est bien réelle. Une petite équipe d’entrepreneurs locaux crée dondemasques.fr et réussi en 2 mois à financer et importer une quantité de 100000 masques 3 plis pour le personnel soignant (EHPAD, infirmières, psychologues). Pari gagné !

La situation s’améliore pour le milieu médical mais la pénurie concerne maintenant les entreprises et les particuliers qui peinent à trouver des masques de qualité dans un délai raisonnable. La décision est alors prise de créer le site e-commerce covprotection.com qui propose à tous des masques 3 plis mais également des masques KN95.

La boucle est bouclée, nous sommes maintenant en mesure de fournir tout le monde dans un délai court grâce à nos stocks régulièrement alimentés !

Publié par

Annecy : il crée une plateforme solidaire pour importer des masques chirurgicaux

Robin Chambet (premier à droite) remet gratuitement les masques aux bénéficiaires en respectant les gestes barrières, lors de rendez-vous aux Glaisins. – Photo DR

Un entrepreneur annécien s’est associé au Rotary Club d’Annecy Val-de-Fier pour mettre en ligne la plateforme Dondemasques.fr.
Grâce aux dons, il prévoit d’importer au total 100 000 masques à destination du personnel soignant.
Plus de 35 000 ont déjà été distribués.

C’est devenu une compétition mondiale depuis la propagation l’épidémie de coronavirus : l’importation de masques. Dans le bassin annécien, un entrepreneur spécialisé dans le «merchandising» (produits dérivés) s’est lancé dans la course en mars dernier en créant Dondemasques.fr.

D’où vient l’idée ?

« Il y a un agent avec qui je travaille depuis des années en Chine qui m’a proposé d’acheter des masques. C’était au tout début du confinement, raconte Robin Chambet, habitant de Villaz à l’origine du projet. J’ai eu cette idée parce qu’on entendait partout que le personnel soignant n’avait pas de masques. Je me suis dit : il y a une opportunité. »

L’entrepreneur réalise alors un site internet, en partenariat avec le Rotary Club d’Annecy Val-de-Fier et l’agence annécienne Boondooa, pour monter cette « action solidaire ». Il constate d’ailleurs que « tout le monde pense que c’est impossible de faire venir des masques », alors que son expérience prouve que « c’est complètement faisable ».

Comment ça marche ?

Les dons réalisés en ligne (défiscalisables à 66 %) servent à importer des masques de protection chirurgicaux. « On a la chance de ne pas payer de droits de douane et on est exonérés de TVA », précise Robin Chambet, ce qui permet de rendre le projet viable financièrement sur un marché où le prix des masques a fait « fois dix ». Dondemasques.fr les achète environ 40 centimes d’euro pièce. Ces boîtes de 50 sont entreposées dans des cartons de 2 000 masques et arrivent d’Asie par le fret aérien avant d’être stockés dans des locaux sécurisés sur le parc d’activités économiques des Glaisins.

Face à la «jungle» du marché des masques, Robin Chambet a pris ses précautions, tant sur les droits d’importation, que sur la viabilité de l’usine et la qualité des produits, qui ont la norme EN14683. « On a tout fait vérifier avant », assure-t-il.

À qui c’est destiné ?

Les demandes des personnels soignants sont faites directement sur la plateforme. « On a remis encore aujourd’hui à une dizaine d’Ehpad des masques pour que les gens puissent venir visiter les personnes âgées de leur famille », indique Robin Chambet le 22 avril. Les produits sont donnés lors de rendez-vous aux Glaisins. Les infirmières libérales font aussi partie des bénéficiaires. Les hôpitaux et cliniques, eux, ont leurs propres canaux d’approvisionnement. « C’est vraiment du bouche-à-oreille, mais on n’a encore assez peu de demandes [une soixantaine, NDLR] », remarque l’entrepreneur. Toutefois il en est convaincu : le besoin est « énorme » et on n’en a « jamais assez ».

Plus de 40 000 euros ont déjà été collectés et 35 000 masques donnés fin avril.
Une deuxième commande de 50 000 est attendue. « On sera sur un total de 100 000 masques financés par des dons et exclusivement donnés à des personnels soignants », résume-t-il. Avec les commandes publiques ou privées qui se multiplient à travers la France, Robin Chambet pense que le projet risque progressivement de « s’essouffler », mais il entend le poursuivre « le temps qu’il faudra. »

Un site d’e-commerce aussi en préparation

À côté de la plate-forme solidaire, Robin Chambet est en train de développer un projet en direction des entreprises et du grand public, en lien avec une société annécienne. « J’ai eu tellement de demandes d’entreprises et d’autres que j’en suis venu à mettre en place une solution pour commercialiser les masques, explique l’entrepreneur. Ça me permet d’avoir une activité qui va remplacer celle que j’ai pour le moment. »

Il prévoit ainsi d’importer 400 000 masques de protection chirurgicaux (ceux en papier, utilisables quelques heures) d’ici début mai, mais aussi de fournir du gel hydroalcoolique. Un site internet d’e-commerce est d’ailleurs en cours de réalisation. « On ne fait pas un gros business là-dessus parce qu’on reste sur des marges qui sont extrêmement basses », précise-t-il.

Article de l’Essor Savoyard du 27/04/2020

https://www.lessorsavoyard.fr/8639/article/2020-04-27/annecy-il-cree-une-plate-forme-solidaire-pour-importer-des-masques-chirurgicaux